cynisme


Instavis (4) : rions un peu, beaucoup, passionnément et puis c’est tout

Suite de mes chroniques express (sous peine de mourir étouffée par ma pile d’albums qui menace de s’écrouler à tout instant). Cette année, deux petits nouveaux sont venus s’ajouter à mon panthéon des auteurs qui me font mourir de rire (les « anciens » se cachent pas très loin dans ce billet !). Le […]

© éd. Rue de Sèvres.