Instavis : l’amour (2) 2


Deuxième volet de mes chroniques express, histoire de faire diminuer ma « tour de Pise » comme dit Noukette ! Aujourd’hui, quatre albums qui parlent d’amour.

© éditions Ici même, 2015.

© éditions Ici même, 2015.

#site #rencontres #sexe #addiction #illusoire #miroir #société #orangé #violet

Comment un mec quelconque devient-il un tombeur en série ? Grâce à Lovebug, le site de rencontres sur lequel sévit déjà son coloc. Après avoir rompu avec sa copine, K. cède à la tentation du monde virtuel, sans trop y croire. Mais ça marche ! De jolies filles, certaines cultivées, d’autres bourrées, couchent avec lui.

Il s’enivre de son succès, son agenda se remplit comme un carnet de commandes avant Noël… Mais au fait, à quoi cela le mène-t-il ? Un tableau sans complaisance de notre société qui donne à réfléchir sur l’amour : est-il devenu un produit de consommation ? Comme dirait Oldelaf : la tristitude !

Love Addict, confessions d’un tombeur en série, de Koren Shadmi (États-Unis), éditions Ici même, oct. 2015, 188 p., 25 €.

 

© éditions Delcourt, 2016.

© éditions Delcourt, 2016.

#paris #dessinateur #douleur #japon #amour #pastel

Un roman graphique autobiographique aux couleurs douces, dans lequel on suit Winston, dessinateur freelance à Paris. Un jour, il est pris de douleurs  inexplicables au genou. Les médecins ne savent pas comment le soulager. Il décide de rejoindre Natsuki, sa fiancée, au Japon, avec un plan mariage-bébé-maison-labrador en tête.

Mais là-bas, une grosse dispute éclate entre les amoureux. En plein doute, le jeune homme déniche un bouquin d’ésotérisme qui l’aide à trouver un havre de paix au fond de lui. Un premier tome qui pourra notamment plaire aux ados, surtout s’ils sont déjà amateurs de culture japonaise et de mangas. Et qu’ils se demandent, comme le héros, « qui et comment aimer ».

Le Cycle d’Inari, t.1 : L’âme et la matière, de Winston, éditions Delcourt, oct. 2016, 120 p., 15,95 €.

 

© éditions Delcourt, 2016.

© éditions Delcourt, 2016.

#comics #SF #amour #androïde #RealHumans #dérangeant #fascinant

Alex, un jeune cadre dynamique vivant dans un monde futuriste (pas si éloigné de nous), reçoit pour son anniversaire un androïde X5, dont il ne voulait surtout pas. Une jeune femme, prénommée Ada, à laquelle il va finalement s’attacher alors qu’un fait divers relance la polémique sur les droits des robots.

Ce n’est pas le graphisme, réduit à son strict minimum, qui retient l’attention dans ce comics américain (achevé aux États-Unis), mais bien la thématique (très tendance) du rapport entre humains et robots.

Les machines dotées d’intelligence artificielle peuvent-elles aspirer à des droits ? Celles et ceux qui ont vu les séries Real Humans ou Westworld savent combien les androïdes imitant les humains sont troublants, dérangeants pour notre cerveau. Cela peut même devenir dangereux… A.I. is watching you! 

Le tome 2 de la trilogie est prévu pour juin 2017.

Alex + Ada, t. 1, de Sarah Vaughn (scénario) et Jonathan Luna (scénario, dessin, couleur), éditions Delcourt, oct. 2016, 128 p., 15,50 €.

 

© éditions Futuropolis, 2016.

© éditions Futuropolis, 2016.

#adaptation #DavidFoenkinos #amour #deuil #suédois #laid #collègue #pez #tendresse

J’étais persuadée d’avoir lu La Délicatesse, le roman de David Foenkinos dont cet album est une adaptation. D’après ce blog, il n’en est rien ! L’histoire est celle de Nathalie, qui rencontre François. Un grand amour les unit, jusqu’au drame : François est victime d’un accident mortel.

Comment faire le deuil de son amour ? Est-il possible d’être à nouveau transpercé par une flèche de Cupidon ? Peut-on tomber amoureux de quelqu’un qui ne nous attire pas physiquement ? Autant de questions qui sont abordées dans cette bande dessinée dont j’ai aimé le récit, un peu moins le dessin (et notamment la palette de couleurs qui donne un petit côté vieillot)… mais c’est évidemment très subjectif !

La Délicatesse, de Cyril Bonin, d’après le roman de David Foenkinos, éditions Futuropolis, nov. 2016, 96 p., 17 €.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Instavis : l’amour (2)