En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut 7


© Finitude.

© Finitude.

Entrez dans la danse de ce roman qui swingue sur un air de Nina Simone ! Mr Bojangles est le disque culte de Georges et de sa femme aux mille prénoms, le seul qu’on écoute sur le vieux tourne-disque du salon. Leur petit garçon, qui raconte l’histoire, les regarde tournoyer au rythme de cette musique « vraiment folle », « triste et gaie en même temps ». Ils dansent dans leur appartement parisien au couloir interminable, ou dans leur château en Espagne, au bord du lac. Ils dansent seuls ou entourés d’invités comme L’Ordure, sénateur et meilleur ami de Georges.

Une famille qui envoie valser tout ce qui entrave leur joie d’exister. Adieu travail, école, impôts, convenances… Ne reste que le bonheur de vivre pour ce qui compte : l’amour, la danse, la musique, les amis, les cocktails. Certes, il faut un brin de folie pour atteindre un tel degré de liberté. Et lorsque la folie prend le pas sur la raison, le disque s’enraye.

Ce récit d’un enfant qui raconte la vie tumultueuse de ses parents est à la fois léger, joyeux, poétique, drôle et plein de fantaisie, à l’image de l’écriture qui le rythme. Impossible, cependant, d’échapper au flot de tristesse en tournant les dernières pages de ce magnifique premier roman d’Olivier Bourdeaut, qui a remporté plusieurs prix littéraires depuis sa parution en janvier 2016 (Grand Prix RTL-Lire, Le Roman des étudiants France Culture-Télérama, Prix France Télévision).

J’ai acheté ce livre les yeux fermés sur recommandation de Noukette, très persuasive au salon Livre Paris. J’espère vous avoir convaincus à mon tour de rejoindre la ronde des lecteurs conquis !

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, éd. Finitudes, janv. 2016, 160 p., 15,50 €.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut

  • Laura

    J’étais déjà convaincue que c’était une lecture qu’il me fallait !
    Et j’en suis doublement convaincue par ton avis !
    Merci beaucoup & à bientôt !!

  • Elisabeth CAtteau

    Perso, pas convaincue. Franchement comparer cela à l’écume des jours… Je suis perplexe et me demande pourquoi plutôt qu’un autre, ce petit roman (sympathique, oui bien sur, tout a fait sympathique) a survecu dans le paysage médiatique.

  • Tamara Auteur du billet

    @Elisabeth : tiens, qui l’a comparé à L’Ecume des jours ? Je vois l’idée, mais Boris Vian, c’est quand même à part ! Je crois que ce roman a vécu non seulement grâce à un coup de pouce des médias qui l’ont aimé, mais surtout par le bouche à oreille des lecteurs et libraires… Pour ma part, je trouve que c’est mérité (si l’on compare à d’autres titres en tête des ventes malgré leur peu d’intérêt !). Mais vous avez entièrement le droit d’avoir un avis différent, merci de l’avoir exprimé dans ce petit salon ! 🙂