La Légèreté, Catherine Meurisse 5


© Dargaud.

© Dargaud.

C’est le cœur chargé d’appréhension que l’on ouvre cet album. Qui voudrait revivre ce 7 janvier 2015, jour où le journal Charlie Hebdo a vu sa famille décimée par deux terroristes/fous/frères remplis de haine ? Personne. Et surtout pas Catherine Meurisse, dessinatrice de presse, auteure de BD et illustratrice, qui travaillait depuis dix ans à Charlie. Arrivée en retard à la conférence de presse ce mercredi où a coulé une encre de sang, elle fait partie des survivants. Mais survivre, ce n’est pas vivre. C’est ce que Catherine nous raconte, avec ses dessins et ses mots, dans La Légèreté.

Alors on tourne les pages, avec précaution. La dispute amoureuse, la veille, puis la tragédie, le choc, la paralysie. Pas de colère, donc point de sursaut. Juste un grand vide (de sens). Incapable de dessiner, plus envie d’ailleurs… « Ma liberté est morte », martèle Catherine en faisant les cent pas dans son appartement, prisonnière des policiers qui assurent sa protection. Elle cherche un moyen de se raccrocher au monde. Ce moyen, ce sera la beauté. L’océan, d’abord, Cabourg, Proust, le théâtre, la peinture, la montagne, Rome enfin… S’éblouir de la beauté du monde, rechercher le « syndrome de Stendhal », tel est son remède.

Il ne s’agit pas ici d’un témoignage voyeur, quémandant apitoiement ou compassion. Au contraire, l’auteure partage son intimité avec pudeur, sincérité, recul et parfois même humour. Planches grises, pages presque vides ou pleines de mots, grandes peintures colorées, arrière-plan à peine esquissé ou paysage urbain ultra-détaillé… Le dessin suit l’humeur de l’auteure, personnage omniprésent.

C’est un album-pansement, porteur d’espoir, qui montre l’un des chemins vers la guérison. Même si des cicatrices marqueront à jamais son cœur et son esprit, on ne peut qu’espérer que Catherine Meurisse retrouvera une vie pleine de beauté et de légèreté.

Ce matin du 7 janvier 2015, juste avant l'attentat à Charlie Hebdo... © Dargaud.

Ce matin du 7 janvier 2015, juste avant l’attentat à Charlie Hebdo… © Dargaud.

La Légèreté, Catherine Meurisse, éd. Dargaud, avril 2016, 136 p., 20 €.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “La Légèreté, Catherine Meurisse