Mékong Stories, Phan Dang Di


© DNY Viet Nam Productions / Acrobates Films.

© DNY Viet Nam Productions / Acrobates Films.

Mékong Stories est un très joli film qui raconte le Vietnam du début du millénaire, pris entre tradition et modernité. On y découvre un échantillon de sa jeunesse : Vu, étudiant en cinéma que son père aimerait voir devenir un homme, Thang, barman dans une discothèque, Tung, qui gagne quelques sous en grattant sa guitare sur les terrasses le soir (et beaucoup plus en revendant de la drogue), et Cuong, qui accepte une vasectomie contre de l’argent pour offrir un téléphone mobile à sa petite amie…

Il y a aussi de jolies jeunes filles, mais elles sont plutôt du côté tradition que modernité : quand un homme leur dit « J’ai faim, va me faire à manger », elles y vont sans piper mot ! Excepté Van, qui danse en tenue sexy entourée d’hommes à demi-nus dans la boîte où Thang est barman. Mai, elle, préfère la danse classique, et vend des bonbons pour se faire un peu d’argent de poche. Quant à Huong, ce n’est qu’une orpheline que le père de Vu lui réserve comme épouse quand il aura fini ses études (c’était bien tenté…).

Comme il est facile de s’attacher à ces jeunes gens ! Leur vie semble à la fois simple et difficile, sans beaucoup de perspectives d’avenir (c’est fou le temps qu’ils passent à ne rien faire, à manger ou à picoler !).

Sur la forme, c’est un film littéralement sensuel. Tous nos sens sont tenus en éveil : par le bruit de la pluie qui martèle le fleuve, par la douleur des coqs qui se battent, par la chaleur qui se dégage des corps qui se rapprochent, ou encore par la peur d’un amour interdit… Une scène en particulier est très esthétique : au milieu d’une forêt de mangroves, la nudité d’une jeune femme dans la boue, caressée par un rayon de lune.

Comme dans Beijing Stories (réalisé par le Chinois Pengfei), Mékong Stories (du réalisateur vietnamien Phan Dang Di) offre un dépaysement total, un voyage dans la culture vietnamienne d’il y a quinze ans, tout en abordant des sujets de société comme la condition des femmes ou l’homosexualité. De ces quelques scènes de vie prises sur le vif, on ne connaîtra jamais ce qui a précédé ou ce qui suivra. Ainsi, notre imagination garde toute liberté… Une partie de la mienne est restée dans ce pays que j’aimerais découvrir un jour.

 

 

Mékong Stories, de Phan Dang Di, avec Do Thi Hai Yen (Van), Le Cong Hoang (Vu), Truong The Vinh (Thang)… Sortie : le 20 avril 2016. Durée : 1h42.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *