Santiago, B-gnet 4


© éd. Vraoum.

© éd. Vraoum.

Voilà un album parfait pour tout amateur de western voulant sortir des plaines battues. Ici, les héros, ce ne sont ni les Indiens, ni les cow-boys, mais quatre Mexicains (ou presque). Santiago, c’est le chef. Pablo, le gaffeur, celui qui n’a qu’une mule en guise de cheval. Les deux autres – c’est comme les deux Dalton du milieu, on se fout un peu de leurs noms – complètent la bande.

En théorie, ce sont des bandits, du genre à attaquer les banques du Far West et tutti quanti. Sauf qu’ils leur arrive toujours des bricoles. D’où les situations cocasses racontées sous forme d’histoires de quelques pages. On retrouve tous les codes du western : bataille contre les Indiens, duel, attaque de diligence, prisonnier à délivrer dans la cellule du shérif… Mais avec la vision décalée de B-gnet, fini les clichés, vive les surprises !

Plus qu’une parodie, c’est un hommage à tout ce qui fait la saveur d’un bon western, le tout arrosé d’un humour sauce piquante jouissif. Se glissent ici et là quelques références élastiques, allant de Lucky Luke à La Petite Maison dans la prairie. Mon seul fa dièse est sur la morale de la dernière histoire, qui sort un peu du registre parodique et humoristique du reste de l’album (mais rassurez-vous, il revient au galop dans les mentions légales).

Ces quatre anti-héros sont en fait très attachants, malgré leurs déboires et leurs vilaines têtes. Le dessin ne leur fait pas de cadeau : si Santiago ne s’en sort pas trop mal, les autres ont vraiment des dégaines de losers ! Les couleurs, pour le coup, respectent la palette western. Les paysages et les décors sont assez simples, quand ils ne sont pas réduits à un fond de couleur, ce qui renforce l’importance du texte.

Le tout est une excellente découverte (ma première rencontre avec B-gnet, sans doute pas la dernière) – à vous les studios pour la version ciné !

Petite scène du quotidien. @ Vraoum.

Petite scène du quotidien. @ Vraoum.

Santiago, de B-gnet, éd. Vraoum, fév. 2016, 96 p. 15 €.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Santiago, B-gnet