Pouvoirpoint, Erwann Surcouf 3


PouvoirpointBienvenue à bord de L’entreprise-2061 ! Installez-vous confortablement : vous allez suivre les aventures du nouveau stagiaire (graphiste) du service communication. Embarqué sur Terre, il va accompagner l’équipage du vaisseau jusqu’à sa destination, Nouméa-du-Centaure. Comme dans toutes les entreprises, il y a quelques formulaires à remplir, des tas de gens dont il faut retenir les noms, une carte de cantoche à récupérer… À côté de ça, des petits détails sortant de l’ordinaire auxquels le petit nouveau devra s’habituer : les vibrations qui annoncent que le vaisseau va ch-boïnguer, les collègues robots ou hologrammes, la menace des attaques de proximiens (de dangereux extra-terrestres… les pires qui soient, en fait).

Précision technique : figurez-vous que le stagiaire de Pouvoirpoint n’a pas le droit d’enlever son casque ni sa combinaison parce qu’il vient de la Terre, donc il est bourré de microbes et il risquerait « de filer la chiasse à tout l’équipage ». Ce qui n’est pas sans poser problème : vous avez déjà essayé de boire un café à travers un hublot, vous ?!

Côté suspense, vous n’aurez pas à vous plaindre. Le prologue annonce d’emblée une catastrophe à la Gravity, dont vous suivrez la progression le temps d’une planche, avant chaque nouveau chapitre… La tension monte petit à petit, mais entre temps, vous vous payerez une bonne tranche de rigolade, avant la chute vertigineuse (et excellente).

Vous l’aurez compris (parce que vous n’êtes pas nés de la dernière galaxie), ce roman graphique de près de 200 pages est un délicieux mariage entre open space et space opera. Les personnages et les situations sont très bien vus (le capitaine, haha !) : Erwann Surcouf, l’auteur, se moque gentiment des codes de l’entreprise version spatiale. Il s’amuse à planquer des références à des films de SF (Alien, Star Wars…) et des chansons anglophones en VF… 

Vous aimerez aussi, je l’espère – le graphisme très coloré, simple et dynamique, qui propose des planches assez variées dans leur construction. 

Pour ma part, je suis enchantée de mon voyage galactique, d’autant plus que j’ai acheté mon ticket totalement par hasard, après une sympathique discussion avec l’auteur sur le stand des éditions Vide Cocagne au festival d’Angoulême. Une super bonne pioche, foi de Terrienne !

pouvoirpoint-p14

© éd. Vide Cocagne.

Pouvoirpoint, de Erwann Surcouf, éd. Vide Cocagne, janv. 2016, 196 p, 23 €.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Pouvoirpoint, Erwann Surcouf