Beijing Stories, Pengfei 1


Beijing StoriesEn Chine, la question du logement est un problème majeur. Des villes champignons poussent un peu partout, et même dans les mégalopoles déjà existantes, il faut trouver encore et toujours davantage de place. À Pékin, qui compte environ 22 millions d’habitants (!), plusieurs quartiers constitués de jolies maisons traditionnelles sont rachetés par des promoteurs immobiliers qui construisent à la place d’immenses tours aux équipements modernes (opérations appelées « démolition et relogement »). C’est là que nous entraîne le réalisateur chinois Pengfei (qui a fait une partie de ses études à Paris) pour son premier long métrage.

Beinjing Stories raconte le destin croisés de trois personnages : Yong Le, un jeune homme qui récupère des vieux meubles dans les maisons avant leur destruction ; Xiao Yun, qui danse le soir dans un bar pour payer sa formation de vendeuse ; et le vieux Jin, qui refuse de brader sa maison à un promoteur impitoyable. Trois personnages auxquels on s’attache au fil des images, et dont on observe le combat quotidien contre la pauvreté.

Yong Le et Xiao Yun vivent dans de minuscules logements insalubres situés dans les souterrains de la ville, comme près de 200.000 Pékinois qui ont quitté la campagne en espérant une vie meilleure en ville. Étonnamment, le mode débrouille fonctionne plutôt bien (le lavage de cheveux dans une bassine pendant que d’autres sont dans les toilettes juste à côté !), mais seule la solidarité permet à ces gens de survivre… dans des conditions d’insalubrité et de promiscuité peu enviables.

Xiao Yun et Yong Le dans leurs souterrains. ©Urban Distribution.

Xiao Yun et Yong Le dans leurs souterrains. ©Urban Distribution.

Beijing Stories, c’est un dépaysement total garanti ! J’ai eu l’impression de découvrir le vrai Pékin, ou du moins, une autre facette que celle des guides de voyage… J’ai particulièrement aimé que certaines traditions perdurent malgré la course effrénée à la modernité, comme cet air d’opéra chanté par Jin et sa femme aux promoteurs immobiliers. Autres moments mémorables : ceux avec des animaux. La femme de Jin en pleurs devant son coq blanc préféré, qu’elle doit sacrifier. Jin, harassé par des nuits sans sommeil, qui chasse un hibou à coups de feux d’artifice, ou encore les voisines de Yong Le qui tentent de tuer une tortue pour leur souper… Le film est plein de ces petites scènes du quotidien qui nous touchent par leur simplicité et par l’humanité qui s’en dégage.

Chacun à leur façon, Xiao Yun, Yong Le et Jin mettent toutes leurs forces pour influer le cours d’un destin qui semble bien noir. Même si l’espoir de sortir de leur condition est ténu, c’est lui qui leur donne la force de se lever chaque matin. Trois êtres courageux parmi combien d’autres ?

Une belle escapade, étonnante et mélancolique, accompagnée de jolis morceaux de musique. Une façon d’apercevoir Beijing avec un autre regard, le temps d’un voyage d’une heure et quart à peine.

Beijing Stories, de Pengfei, avec Luo Wenjie, Ying Ze, Zhao Fuyu… Sortie : le 6 janvier 2015. Durée : 1h15.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Beijing Stories, Pengfei