My Skinny Sister, Sanna Lenken 3


myskinnysister-afficheStella est une pré-ado suédoise rondelette, rouquine, au sourire charmeur. Son idole, c’est sa grande sœur Katja, lycéenne et excellente patineuse artistique. C’est donc autour d’elle et de ses entraînements que tourne la vie de cette famille. Stella ne s’en plaint pas, Katja et elle sont assez complices malgré la différence d’âge. Mais un soir, Stella découvre que sa sœur a un comportement étrange vis-à-vis de la nourriture. Effrayée, elle ne sait vers qui se tourner pour aider son aînée.

My Skinny Sister traite d’un sujet grave, l’anorexie chez les ados, non pas du point de vue de la jeune fille qui en souffre, mais de celui d’un personnage extérieur. Cette originalité de la narration permet d’appuyer certains aspects : l’incompréhension et l’impuissance des proches, la violence de la maladie, le déni de la victime.

Une ou deux scènes sont violentes sur le plan psychologique (celle où les parents veulent faire manger Katja m’a particulièrement marquée), mais le ton du film reste relativement léger, grâce à cette fabuleuse petite Stella. À la fois drôle, intelligente et altruiste, elle fait tout pour que sa famille retrouve la sérénité, malgré une mère absente et une sœur qui prend toute la place (d’abord, en tant que patineuse, puis comme malade). Et son béguin pour l’entraîneur de sa sœur est là aussi pour alléger le propos du film.

La réalisatrice, Sanna Lenken, a elle-même souffert d’anorexie dans sa jeunesse. Elle a su traiter le sujet avec juste ce qu’il faut de gravité, mais surtout beaucoup de subtilité et un peu d’humour. Un cocktail réussi en dépit de la difficulté du sujet, avec de jeunes actrices épatantes de naturel.

My Skinny Sister, de Sanna Lenken, avec Rebecka Josephson, Amy Deasismont… Sortie : le 16 décembre 2015. Durée : 1h35.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “My Skinny Sister, Sanna Lenken

  • Framboise

    Titre à noter, et à proposer à mon poilu de mari, pour qu’il le montre à ses élèves, notamment option esthétique ou coiffure, bcp de demoiselles en souffrent ou du moins sans parler d’anorexie, s’affament pour ressembler o demoiselles des magasines ….
    merci jeune fille pour la découverte et un joli dimanche à toi….
    bizzzzzzzzzzzz

  • Tamara Auteur du billet

    @Stephie : tu me diras ce que tu en auras pensé, si tu y vas. C’est l’inconvénient d’aller voir un film seule : je ne peux pas échanger à la sortie de la salle, c’est frustrant !

    @Framboise : oui, cette maladie touche en effet encore trop de jeunes filles… Et dans ce film, on voit bien le côté « je nie ce qui m’arrive, tout va bien, je gère » et aussi le côté honteux. Un film que les ados peuvent tout à fait voir !