Le Voyage extraordinaire de Jules Verne, comédie musicale 2


JULESVERNE_AFFICHE__40x60CM_ActuellementPas facile, quand on va avoir 13 ans, de quitter le nid familial pour partir au pensionnat. C’est pourtant ce qui arrive au petit Jules, qui a caché cette décision paternelle à son frère Paul et à sœur Anna jusqu’à la veille de son départ. Les deux petits sont désespérés : c’est leur aîné qui leur racontait, chaque soir, une histoire de son invention avant d’aller dormir. Ce soir-là, un événement imprévu se produit : le Capitaine Némo, l’un des personnages inventés par Jules, vient enlever son auteur pour qu’il continue de le faire vivre en écrivant ses aventures. C’était sans compter sur le courage et l’ingéniosité de Paul et Anna, qui font appel aux autres héros de leur frère pour les aider à le retrouver.

Quel spectacle enthousiasmant ! L’histoire est un merveilleux mélange de littérature, de féérie, de piraterie, de fantastique et de suspense (entre autres), entrecoupée de danses (dont certaines fort originales !) et de chants (dont plusieurs m’ont donné des frissons, Un Grand, par exemple). C’est très rythmé, notamment par les fréquents changements de décors. Des décors qui font rêver et voyager, notamment grâce à une mise en scène et un jeu de lumières très réussis.

Je sais, déjà beaucoup d’éloges, et je n’ai pas encore parlé des personnages ! Les enfants Verne (vous l’avez compris : le petit Jules est le grand écrivain, et d’ailleurs l’auteur français le plus traduit au monde !) sont incarnés par des comédiens plus âgés glissés dans de grandes marionnettes, dont ils animent la tête et un bras (c’est mal expliqué, mais bien réalisé !). Un effet qui surprend au début (surtout le jeune public), mais auquel on s’habitue très vite. Les acteurs, eux, ont sans doute bien sué avant de parvenir à une telle maîtrise de leur marionnette !

Michel Strogoff dans toute sa splendeur, entouré par Anna et Paul Verne. © Olivier Brajon.

Michel Strogoff dans toute sa splendeur, entouré par Anna et Paul Verne. © Olivier Brajon.

Les autres personnages sont « simplement » déguisés et maquillés. On retrouve évidemment Michel Ardan, Phileas Fogg… mais mon personnage préféré dans le spectacle, c’est Michel Strogoff : qu’il est drôle, ce messager d’un autre siècle, lorsqu’il envoie un SMS (ce n’est pas ce que vous croyez) ! J’avoue que j’ai aussi un faible pour le cruel Capitaine Némo ! Je m’abstiens de parler des autres comédiens (ils sont une quinzaine en tout), parce qu’il faut bien que je vous laisse le plaisir de la découverte si vous allez voir cette comédie musicale dans le beau théâtre de Mogador. Croyez-moi, petits (à partir de 5 ans) et grands y trouvent leur plaisir : « trop bien » a dit fiston, enchanté, qui n’a pas vu les 2 heures passer (entracte compris).

J'avoue, j'ai aussi un faible pour l'affreux Capitaine Némo (au centre) ! © Olivier Brajon.

J’avoue, j’ai aussi un faible pour l’affreux Capitaine Némo (au centre) ! © Olivier Brajon.

Le Voyage extraordinaire de Jules Verne, comédie musicale, du 17 octobre 2015 au 3 janvier 2016. Théâtre Mogador (Paris, 9e). Billeterie : de 15 à 49 €.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Le Voyage extraordinaire de Jules Verne, comédie musicale

  • Framboise

    Voilà qui serait parfait pour ma ptite famille 😉 oui mais voilà, dans le Sud, Jules Verne ne vient pas à nous (enfin je ne crois pas, enfin vais tout de même aller jeter un œil on sait jamais !)
    merci jeune fille
    et belle journée
    bizzzzzzzzzzzz <3

  • Tamara Auteur du billet

    @Framboise : ah zut, j’espère qu’il y aura une tournée et que la troupe passera près de chez toi ! Bisous.