A love you, Paul Lefèvre


©Europacorp.

©Europacorp.

Au cœur de cette comédie, une histoire d’amour fraîche d’une nuit – Manu a rencontré la fille idéale lors d’une soirée parisienne entre amis, la veille – et qui ne demande qu’à être prolongée.

Si la fille est partie sans laisser son nom après sa nuit torride (ou romantique, après tout, on n’a pas de précisions), elle a noté son adresse sur le bras de son partenaire. Détail : la demoiselle habite à Avignon, et elle a donné rendez-vous à Manu à 20 heures, ce même jour. Comme il est complètement obnubilé par cette nana mais qu’il n’a pas de voiture, il oblige son meilleur pote, Fred, à le conduire jusqu’à sa belle. Bien évidemment, Fred n’est guère emballé par l’aventure, d’autant qu’il ne croit pas à ce coup de foudre, ni aux autres d’ailleurs… Il finit par céder, et voilà les deux amis sur les routes de France. S’ensuivent des péripéties plus ou moins crédibles mais plutôt drôles, dont la rencontre – dans des circonstances assez fâcheuses – avec la lumineuse Juliette (Fanny Valette) et le poétique Serge (Dominique Pinon).

Dans A love you, l’humour n’est pas toujours léger, mais beaucoup de situations sont cocasses et on ne peut se retenir de sourire/pouffer/se bidonner/rire grassement (rayez les mentions inutiles selon votre profil). Ce premier long métrage de Paul Lefèvre est en fait le prolongement de son court métrage de fin d’études (à l’EICAR). S’il lui a fallu trois ans pour concrétiser son projet, le tournage n’a duré que 25 jours… mais de longues journées pour le réalisateur, qui incarne aussi le rôle de Fred. Son duo avec Antoine Gouy (qui interprète Manu) fonctionne aussi bien à la ville qu’à l’écran, je les vois bien dans un show à la Chevallier-Laspalès !

Finalement, l’amitié vole presque la vedette aux histoires de cœur dans ce film, lequel prouve que ce qui compte, ce n’est pas l’arrivée, mais bel et bien le voyage. Et oui, croire en l’amour est toujours d’actualité en ce XXIe siècle (non, ceci n’est pas un spoiler) !

Au passage, j’espère que Paul a gardé le numéro des mecs qui jouent des rugbymen, parce que dans son film, il égratigne aussi bien les flics (analphabètes) que les médecins (insensibles), sans parler des routiers et des VRP… Tu vas avoir besoin de gardes du corps, mon gars ! 😀

P.S. : mangez avant d’aller voir le film, sinon vous allez vous jeter sur des M&M’s en sortant. (Conseil prodigué à titre gracieux, ne me remerciez pas.)

A love you, un film de Paul Lefèvre, avec Antoine Gouy, Fanny Valette… Durée : 1h30. Sortie en salles : le 24 juin 2015.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *