Sukkwan Island, Ugo Bienvenu 4


Sukkwan Island ©Denoël Graphic.

Sukkwan Island ©Denoël Graphic.

Il y a quatre ans, le premier roman de l’Alaskain David Vann mettait une claque à la blogosphère (et accessoirement, remportait le prix Médicis du meilleur roman étranger). Je me souviens des critiques parlant d’une certaine page où il se passait quelque chose d’horrible… Je n’ai jamais pu me résoudre à lire ce roman : mon imagination m’a fourni des visions suffisamment horribles pour que je n’aie pas envie d’en vérifier l’exactitude.

Et puis ce roman graphique m’est tombé sous le nez. L’occasion de satisfaire ma curiosité, toujours éveillée après tout ce temps, mais d’une manière plus légère (pensais-je naïvement). C’est Ugo Bienvenu, un jeune homme passé par l’école Estienne et par la section cinéma d’animation des Gobelins, qui a relevé le défi d’adapter Sukkwan Island. Un père, Jim, et son fils, un adolescent de 13 ans prénommé Roy, partent sur cet îlot perdu en Alaska. Ils se laissent une année loin de la civilisation pour renouer des liens. Mais la vie sauvage fait ressurgir un côté bestial chez l’homme, et l’isolement, la folie.

J’ai avalé ce roman le plus vite possible, tournant les pages avec la crainte que mes prédictions néfastes se réalisent. Même quand on s’attend à un choc, on n’est jamais tout à fait prêt à l’encaisser… et j’ai donc subi la même déprime que tout lecteur du roman original ! (Note : ne pas lire ce roman quand on n’a pas le moral !)

Il n’y a rien de trop dans les planches de ce roman graphique : les traits vont à l’essentiel. On saisit la moindre souffrance, on écoute le silence, on a froid sous cette pluie battante. Tout du long, on ressent le malaise de Roy, le mal-être de son père. Et avec les dessins en noir et blanc, pas moyen de rendre un peu de couleur à cette île hostile ! Bon, voilà ma curiosité satisfaire, j’espère avoir éveillé la vôtre si vous étiez passé à côté de ce voyage polaire vraiment glaçant !

Extrait Sukkwan Island, ©Denoël Graphic.

Extrait Sukkwan Island, ©Denoël Graphic.

Sukkwan Island, roman graphique d’Ugo Bienvenu (adapté du roman de David Vann), éd. Denoël Graphic, oct. 2014, 220 p.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Sukkwan Island, Ugo Bienvenu

  • Karine:)

    J’avais moins aimé que la plupart des gens… trop glaçant et morbide pour moi. Je ne sais donc pas duuuu tout si je tenterai le coup avec ce roman graphique.

  • Missiquoi

    Je ne l’ai pas lu mais je pense qu’il faut le lire quand on est dans sa phase « le vrai est dans le réel enlaidi ».En plus je supporte pas ces auteurs américains qui s’empressent de dire que leurs compatriotes sont débiles et stupides pour se mettre le lectorat européen dans la poche.Bonne année!

  • Tamara Auteur du billet

    @Missiquoi : l’auteur et son roman sont deux choses différentes, même si les opinions de l’un transparaissent parfois dans l’autre, ce n’est pas toujours le cas. En tout cas, tu peux lire Sukkwan Island sans pour autant aimer David Vann en tant que personne ! Mais tu fais comme tu veux, bien sûr ! 🙂 Bonne année à toi aussi !