La Gueule de l’emploi, Serge Da Silva


Théâtre Mélo d’Amélie, Paris.

Trois candidats se retrouvent dans la salle d’attente d’une banque. Ils viennent passer un entretien d’embauche pour un poste de commercial. Un seul décrochera le job, et chacun déploie une stratégie différente pour parvenir à ses fins.

Franck Personne est le premier arrivé dans la salle d’attente. D’ailleurs, ça fait un moment qu’il est là. Il a tout d’un loser : chômeur de longue durée au costume en velours marron, il s’est levé à l’aube pour prendre RER, métro et bus.

Forcément, il contraste avec le deuxième type qui arrive dans un costard Hugo Boss à 1 000 €, un portable dernier cri en poche, et la tête du type arrogant et sûr de lui. Ce Julien Legendre, 38 ans, paraît davantage correspondre au profil attendu pour le poste.

Surtout si on le compare au troisième gars, qui arrive en tenu de judoka cinq minutes avant le rendez-vous. Sanchez, il s’appelle, et il a tout juste le temps de sauter dans un « magnifique » costume de satin bleu canard avant que les choses sérieuses ne commencent.

Sérieuses… pas tant que ça, puisqu’il s’agit d’une comédie qui montre qu’en situation de stress, on n’a pas tous la même attitude : l’un pense que l’union fait la force, l’autre essaie de se débarrasser de ses concurrents par tous les moyens, tandis que le troisième se défoule en faisant quelques pompes… Et au final, on s’aperçoit que les apparences sont souvent trompeuses !

Bah oui, la société dans laquelle nous vivons est égratignée : marché de l’emploi, violence quotidienne, solidarité en raréfaction… mais ce n’est pas aussi violent que je l’ai crains au début : lors de la « bande-annonce », j’ai pensé à Cadre noir de Pierre Lemaître ou à La Tête de l’emploi de David Foenkinos. Mais non, pas du tout, c’est beaucoup plus léger, ouf !

Les comédiens (Serge Da Silva – l’auteur de la pièce -, Laurent Hugny et Nicolas Ragni) jouent d’ailleurs parfaitement leurs rôles, les dialogues sont drôles et leurs personnages sont criants de vérité ! À cela s’ajoute une mise en scène (de Maxime Lepelletier) très pêchue, avec plein de détails amusants (j’ai bien aimé le type qui essuie tranquillement ses doigts pleins de graisse de poulet sur le mur !) qui contribuent à la réussite de cette pièce. Si vous êtes francilien (ou de passage à Paris), n’hésitez pas à aller voir La Gueule de l’emploi, vous passerez un bien meilleur moment que scotché devant la télé (et il y a plein de spots où boire/manger juste à côté, rue Montorgueil !).

La Gueule de l'emploi, une comédie de Serge Da Silva.

La Gueule de l’emploi, de Serge Da Silva, au théâtre Mélo d’Amélie (Paris, 2e arr.), du mardi au samedi à 20 heures, le dimanche à 17h30, jusqu’au 4 janvier 2015. Durée : 1h15 environ.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *