Gone Girl, David Fincher 2


gone-girlParfois, on mélange des ingrédients, et la recette rate. Mais dans Gone Girl, David Fincher a su doser avec justesse suspense, humour et tension psychologique pour faire de ce film un thriller très réussi (adapté du livre Les Apparences, de Gillian Flynn).

Tout commence le 5 juillet : Nick Dunne et sa femme Amy sont censés fêter leur 5e anniversaire de mariage. Mais lorsque Nick rentre chez lui après une journée de dur labeur (constituée d’une balade sur la plage et d’une partie de « Destin » (j’avais ce jeu quand j’étais enfant, pas vous ?!) avec sa soeur jumelle Margo, qui tient le bar dont ils sont propriétaires et qu’ils ont nommé fort à propos The Bar, il s’aperçoit qu’Amy a disparu, et que son salon ressemble à un champ de bataille. Il appelle aussitôt la police, et l’inspecteur Boney, une femme intelligente et pugnace, commence à récolter les indices.

Très vite, il semble que tout cela soit une mise en scène. Les Dunne n’étaient-ils donc pas ce couple modèle comme ils le laissaient croire ? Nick a-t-il tué son épouse, la superbe « Amazing Amy », personnage de livres pour enfants créé par ses parents, qui l’a rendue célèbre malgré elle ? Ou est-ce la parfaite épouse qui a organisé une chasse au cadeau d’anniversaire moins traditionnelle que les autres années ?

Tout ce que je peux dire, c’est qu’on ne sait que penser pendant un long moment, tant les indices sont distillés avec parcimonie et les torts partagés. Et la vérité fait froid dans le dos : homme ou femme, vous ne regarderez plus jamais votre moitié de la même façon !

Si ce film psychologique fonctionne à merveille, c’est parce qu’il s’appuie sur des personnages forts – en plus de Ben Affleck, parfait, et de Rosamund Pike, époustouflante, j’ai aimé l’avocat Tanner Bolt joué par Tyler Perry, et Neil Patrick Harris, loin de son rôle de Barney dans HIMYM -, sur des trames du passé qui viennent progressivement éclairer le drame sous un jour nouveau, et parce qu’il nous fait alternativement flipper et rire.

Bref, comme je le disais en introduction, tous les ingrédients sont là pour faire de nous des marionnettes consentantes du maître de la manipulation. Les amateurs du genre se régaleront !

 

 Gone Girl, de David Fincher, avec Ben Affleck et Rosamund Pike. Sortie : le 8 octobre 2014. Durée : 2h29.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Gone Girl, David Fincher

  • La chèvre grise

    J’avais bien aimé le roman, mais j’ai peur que celui-ci soit trop présent encore dans mon esprit pour pleinement profiter du film et du suspens. Bon, je crois que je vais quand même tenter la séance de ciné 🙂

  • Tamara Auteur du billet

    @La chèvre grise : si ce n’est pas la salle de ciné, ça sera le DVD (ou le BlueRay ou Netflix…) ! 🙂