Joyland, Stephen King


©Albin Michel.

©Albin Michel.

Partir en vacances sans une lecture doudou ? Je ne l’envisage même pas ! J’ai donc acheté le dernier Stephen King en version Kindle douze heures avant de prendre le train. C’est drôle parce qu’en version papier, ce bouquin a l’air épais, et pourtant… il n’a tenu qu’une journée en mode « je lis où je veux avec ma liseuse légère, légère… » (oui, j’essaie en vain d’imiter la pub du professeur Tournesol et de sa margarine).

Joyland, c’est le nom d’un parc d’attractions en Caroline du Nord, aux Etats-Unis. Devin Jones, un étudiant fauché (expression frôlant le pléonasme), est embauché pour la saison estivale dans cet univers enfantin. Enfin, enfantin, c’est vite dit, vu que le fantôme d’une jeune fille assassinée dans la Maison des horreurs quatre ans plus tôt rôde dans les parages. Et peut-être bien que son meurtrier aussi.

Finalement, on est presque plus dans un roman policier que dans le fantastique pur auquel nous a habitué le King. Et en tant que fan de suspense et de mystères, je me suis régalée ! On retrouve bien sûr tout ce qui fait le succès de cet auteur : sa facilité à créer des personnages auxquels on s’attache en quelques pages, des liens d’amitié très fort, des petites histoires dans l’histoire pour pimenter le récit… En bref, c’est prenant, drôle et émouvant.

Le lecteur découvre avec autant d’intérêt que Devin ce parc de forains, son très vieux directeur si particulier, le déguisement de chien que le malheureux étudiant va devoir enfiler dans la fournaise, et plein d’autres choses qui font la saveur de ce roman d’été.

Ai-je eu peur ? Pas franchement, il y a beaucoup moins de créatures effrayantes que dans Docteur Sleep (ce titre prononcé en français me fait rire à chaque fois). Ai-je aimé Joyland ? Oui, c’est une madeleine de Proust : c’est bon comme à l’adolescence et ça se mange sans faim, avec toujours autant de plaisir !

 

Joyland, Stephen King, éd. Albin Michel, avril 2014, 350 p. (Lu en ebook)

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *