7 souris dans le noir, Ed Young


7 souris dans le noir

©Ed Young

Deuxième album du Prix des lecteurs de l’école maternelle de Bébé Books : 7 souris dans le noir (dans le vrai titre, le mot « souris » est remplacé par une silhouette de cet animal, ce dont je suis bien incapable avec mon clavier, hélas !). Un album pour le moins original. C’est l’histoire de sept petites souris, toutes non voyantes (ça commence bien). « Un jour, près d’une mare, sept souris aveugles découvrirent une chose étrange. » Et donc, chaque jour de la semaine, l’une d’elle va tâcher d’en savoir plus.

Le lundi, c’est le souriceau rouge (car chacune est d’une couleur différente, dommage qu’elles ne puissent profiter de l’heureux effet de cet arc-en-ciel) qui part à la découverte de l’inconnu. De retour, il affirme aux autres que c’est un pilier. Mais personne ne le croit, et le lendemain, c’est une autre petite souris qui revient de son expédition avec une idée différente qu’elle soumet aux autres.

C’est seulement le dimanche, jour de la souris blanche, que le mystère est résolu, grâce à la sagesse de celle-ci : au lieu d’explorer un petit bout de la chose, elle en a fait le tour de long en large et de bas en haut.

Cet album est américain et remonte à 1992, mais il a été réédité en 2013 en France, non sans raison. Je lui ai trouvé plein de qualités : l’histoire est simple et amusante, il y a un certain suspense (surtout pour les plus jeunes, parce qu’après, on reconnaît tout de suite un bout de *bip* !), on aborde la notion de handicap, et celle de sagesse (avec un peu d’avance pour le bac de philo). J’ai aimé la morale finale et la mise en page : sur la page de gauche, les petites souris, sur la page de droite, l’objet non identifié, qui prend la forme et la couleur de la souris qui vient le voir ce jour-là.

©Ed Young

©Ed Young

 

Mon appréciation sur 5 : sourissourissourissouris

Les autres livres du prix :
Aujourd’hui, on va… de Mies van Hout
J’y vais ! de Mathieu Maudet

Sept souris dans le noir, de Ed Young, éd. Milan, 1995, 2013, 44 pages.

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *