Love Irresistibly, Julie James 3


comps_LoveIrr.inddLà, je suis fière de moi. J’ai fini un livre en anglais ! Cela ne m’étais pas arrivé depuis 2007, quand j’étais tombée en rade de lecture en Ethiopie. Et cette fois, ça ne m’a pris qu’une semaine. Bon, d’accord, ce n’était ni Hamlet ni Of Mice and Men, mais une simple romance américaine. Cela dit, c’est agréable de se dire qu’on en est capable ! (Hum, il va falloir que je tente de lire en VO la suite des Janet Evanovich, dont j’ai lu le dernier tome traduit en français en… 2009, outch !).

Revenons-en à Love Irresistibly. Brooke est une jeune femme bosseuse et ambitieuse, qui ne doit sa réussite qu’à elle-même. Ses parents ont tout sacrifié pour qu’elle puisse faire des études, alors elle a mis du cœur à l’ouvrage et a obtenu son diplôme de droit. Elle est aujourd’hui l’unique avocate (ou directrice juridique, je pense, en France) d’une petite chaîne de restaurants (qui veut devenir grande), à Chicago. Un jour, un procureur débarque dans son bureau affublé de deux agents du FBI. Il sollicite l’aide de Brooke pour espionner un politicien véreux durant un dîner et obtenir la preuve, grâce aux caméras du restaurant, qu’il a ferré le bon poisson.

Naturellement, ce procureur est jeune, beau et célibataire. Il s’appelle Cade, et avant d’être procureur, il a été champion universitaire de football américain (bah, on a le droit de rêver, puisqu’on vous dit que c’est une romance !). Mais il est malheureux en amour. Tout comme Brooke, qui est trop investie dans son travail pour trouver du temps à consacrer à ses prétendants. Heureusement, son meilleur ami, Ford, pour la réconforter…

Je vais m’arrêter là parce que le suspense est aussi mince qu’une lame de scalpel, même si, au début, les échanges entre Brooke et Cade ont tout d’une joute oratoire. Mais c’est une histoire assez intéressante, parce qu’elle soulève une question contemporaine : pourquoi les femmes doivent-elles forcément choisir entre carrière et vie familiale ? Ou du moins, sacrifier une partie de l’une pour que l’autre existe ?

Je ne creuserai pas plus loin, à l’instar de Julie James, dont cet opus m’a été recommandé par Chi-Chi & Tam-Tam (d’ailleurs, en lisant leur billet, on s’aperçoit que Love Irresistibly est le tome 4 d’une série FBI/US Attorney. Bon, je n’ai plus qu’à lire à reculons ! De toute façon, ça se lit très bien dans le désordre). Et j’ajoute que je suis entièrement d’accord avec Chi-Chi sur le casting : Matt Bomer serait un Cade par-fait. Dinner is served, girls!

matt-bomer

Love Irresistibly, Julie James, ed. Penguin Group US, avril 2013, 304 p. (dixit Amazon US. Cela me paraît beaucoup, mais mon Kindle ne me dit pas combien il y a de pages, c’est pénible !).

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Love Irresistibly, Julie James