Une vie, Guy de Maupassant 3


©Le Livre de Poche.

©Le Livre de Poche.

Une vie restera pour moi avant tout le livre à 1 %. Après le passage du Père Noël, je m’empressai de nourrir ma liseuse affamée de mes auteurs classiques favoris, afin de tester ce nouveau mode de lecture. Parmi eux, Guy de Maupassant. J’attaquai donc Une vie. Après plusieurs chapitres, l’indicateur d’avancement était toujours à 1 %. Comme le roman semblait faire 3.400 pages (ce qui ne paraît pas incongru pour un livre électronique), je poursuivis ma lecture sans plus m’en préoccuper. C’est donc avec surprise que je constatai que le roman s’achevait alors que je n’étais qu’à 3 % de lecture ! C’est là que je me rendis compte que j’avais téléchargé les œuvres intégrales de Maupassant, et que le compteur prenait en compte les 290.000 pages du fichier. Sans commentaire !

Revenons à Jeanne, l’héroïne de ce roman. En ce 3 mai 1819, elle se réjouit de la nouvelle vie qui l’attend. En effet, ayant quitté la veille le couvent rouennais où elle a passé ses années de jeune fille, elle n’a qu’une hâte : rejoindre le vieux château de famille à Yport, en Haute-Normandie. La voilà « radieuse, pleine de sèves et d’appétits de bonheur, prête à toutes les joies, à tous les hasards charmants que dans les désœuvrement des jours, la longueur des nuits, la solitude des espérances, son esprit avait déjà parcourus. » 

Son père est un aristocrate dont la principale qualité et le principal défaut sont sa générosité. Sa mère est une femme aimable mais dont la préoccupation essentielle est de parler de « son hypertrophie » du cœur, la cause de son surpoids depuis plusieurs années. La famille compte aussi une femme de chambre âgée de 18 ans, Rosalie, sœur de lait de Jeanne.

Les premiers mois de Jeanne à la campagne ne sont qu’émerveillement et petites joies quotidiennes. La nature et le grand air réveillent ses sens, l’avenir lui semble plein de promesses. Mais au bout de quelques temps, elle fait la connaissance d’un jeune homme du voisinage… et avant d’avoir réalisé pleinement ce que cela impliquerait, Jeanne est une femme mariée, dont le principal souci sera désormais de tromper l’ennui.

Une vie est un roman empreint d’une certaine tristesse, qui raconte les déconvenues d’une jeune fille dont les rêves et les espoirs s’amenuisent au fil du temps, à mesure qu’elle se rend compte de l’erreur qu’elle a faite en épousant le premier jeune homme – certes séduisant – venu (tiens, les scénaristes de La Reine des Neiges se seraient-ils inspirés de Guitounet ?). Sa seule consolation : un fils, dont elle passera tous les caprices et qui abusera de la générosité de Jeanne (héritée de son père).

C’est étrange, parce qu’il n’y a pas tellement d’action dans ce roman, en dehors d’une lune de miel romantique et de quelques rebondissements, mais je ne me suis pas ennuyée. J’aime beaucoup le style de Maupassant, qui rend intéressants les détails les plus insignifiants. Cette lecture m’a laissée un peu mélancolique, mais néanmoins heureuse que les temps où la femme se résignait à son triste sort soient (presque) révolus dans notre pays.

©Cess

©Cess

 

Une vie, Guy de Maupassant, 1883, lu en format Kindle (environ 200 pages en version papier).

 

 

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Une vie, Guy de Maupassant

  • Praline

    Comme toi, j’ai souvenir d’un livre où il ne se passe pas grand chose mais qui ne m’a pas ennuyée une seconde. Il est fort ce Guy !

  • Gwenaëlle

    J’ai écouté ce livre en version audio et je crois que c’est le roman de Maupassant que je préfère, malgré la grande tristesse de l’histoire. Une plume incomparable! 🙂 Bon courage pour la suite des œuvres intégrales… 😉

  • Tamara Auteur du billet

    Quel était le lecteur (la personne qui lit, pas l’appareil ! 🙂 ) de ton livre audio ? Et oui, je poursuivrai les oœuvres intégrales, mais pas d’une traite, je piocherai dedans de temps à autre. J’ai lu plusieurs titres quand j’étais au collège / lycée (Boule de Suif, Pierre et Jean, Le Horla (qui m’a beaucoup marquée !) et ses nouvelles aussi… donc je pense lire d’abord ce que je ne connais pas encore).