On s’y fera, Zoyâ Pirzâd 19


La présentation de l'éditeur étant fort attirante, j'ai accepté de lire ce roman pour Le Livre de Poche (que je remercie) en échange d'une critique. Voyez plutôt :

"A travers le destin d'Arezou, une femme iranienne, active et divorcée, écartelée entre sa mère et sa fille, trois générations s'affrontent dans un monde où règnent depuis longtemps les interdits et le non-dit. On la suit au bord du rire ou des larmes, espérant avec elle profiter enfin d'une certaine beauté de la vie. Dans un roman d'une richesse et d'une vigueur exceptionnelles, Zoyâ Pirzâd brosse à la fois le portrait d'une société pleine de contradictions et celui d'une femme passionnante, aussi drôle et attachante qu'une héroïne de Jane Austen."

Oui, vous avez bien lu : on y fait référence à Jane Austen. Voilà pourquoi je suis tombée de haut (enfin, disons d'un mètre, soit la distance séparant mon popotin du sol) : je m'insurge ! Je n'ai trouvé aucun point commun avec la romancière anglaise que l'on affectionne tant, et dont le nom est utilisé à des fins marketing (comprenez à mauvais escient).

Cette histoire est centrée autour d'Arezou, une femme de 41 ans qui vit en Iran. Elle a repris l'agence immobilière de son père, est divorcée et sa fille, Ayeh, fait sa crise d'adolescence, soutenue dans ses caprices par sa grand-mère. Cette dernière, Mah-Monir, a une forte personnalité : dotée d'ancêtres respectables, elle se complaît dans un rôle de Reine Mère qui ne laisse pas grande place à sa fille.

Si le roman permet d'apprécier la vie des femmes iraniennes – et encore, seulement dans une classe sociale plutôt aiséele fond m'a paru quelque peu superficiel. Arezou se comporte presque comme une gamine, n'osant pas avouer qu'elle fréquente un homme à sa mère ni à sa fille, et les relations avec son prétendant sont aussi timides que s'il s'agissait d'un premier amour ! J'ai trouvé la jeune fille et la grand-mère assez imbuvables… Autrement dit, je ne me suis attachée à aucun des personnages, et c'est sans doute pour cette raison que je me suis ennuyée la plupart du temps. J'ai tout de même apprécié les passages où Arezou lit le blog de sa fille (action répréhensible, naturellement. Sauf lorsqu'il s'agit de savoir ce que son propre sang raconte sur notre compte !).

Par ailleurs, de nombreux termes persans sont utilisés au cours du roman, et le lexique à la fin du livre n'est pas complet (pourquoi les éditeurs n'utilisent-ils pas systématiquement les notes de bas de page, tellement plus pratiques ? Cela coûte-t-il plus cher ???! Si un éditeur me lit (ha, ha, on ne sait jamais !), qu'il n'hésite pas à me donner une explication, merci).

Cela dit, l'écriture n'est pas désagréable, même si je ne lui ai pas trouvé un charme particulier. Les scènes de vie quotidienne font ce roman, il manque, à mon goût, une trame de fond plus solide que la charmante romance qui s'y trouve.

Je crois cependant qu'il faut rappeler le contexte de ma lecture, qui ne m'a pas aidée à apprécier ce roman : je sors d'un excellent livre (Là où les tigres sont chez eux), et il est extrêmement difficile de passer derrière*. Dommage pour On s'y fera, moi, je ne m'y suis pas faite. Si quelqu'un veut se faire son propre avis, je me ferais un plaisir de lui envoyer ce roman (euh… en Europe de préférence 😉 ).

Les avis de : Cathulu et Brize (que je partage) et de Clarabel (bien plus enthousiaste)

* que le bon Peuple ne s'apitoie pas sur mon sort plus longtemps, j'ai à présent trouvé mon bonheur dans un tas d'épluchures de patates… à suivre.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 commentaires sur “On s’y fera, Zoyâ Pirzâd

  • Lilly

    Tu crois encore les couvertures qui parlent de Jane Austen ? J’ai l’impression que c’est devenu l’argument commercial à absolument caser sur les quatrièmes de couverture. Sinon, ce roman ne me tente pas, a priori celui dont tu parles dans ton P.S. m’attire infiniment plus 😉

  • Tamara Auteur du billet

    @Lilly : non, je n’y crois plus… Mais je pense que cet argument austenien peut encore duper certains lecteurs, hélas !

  • Clarabel

    J’avais aussi trouvé que c’était poussé le bouchon un peu loin, le coup de Jane Austen en 4ème de couv. ! Parce que ça n’a strictement rien à voir.

    Pourtant moi j’ai aimé, j’avais déjà aimé son précédent livre (un recueil de nouvelles) et j’ai aussi aimé celui qui est sorti cette année. On peut le dire : j’aime définitivement cet auteur !!! 😀

  • Brize

    Tamara, j’avais initialement commencé mon billet en disant que le contraste avait été rude avec « Les enfants de l’empereur », que je venais de lire et où l’auteur décrit très bien l’environnement et l’intimité des personnages !
    C’est vrai que quand un livre arrive après un autre qui nous a beaucoup plu, notre niveau d’exigence est élevé… mais bon, là, je suis tout à fait d’accord avec toi, ce roman ne m’a pas convenu !

  • Karine :)

    Avec une comparaison avec Austen… comment ne pas craquer!!! Mais bon, si tu es déçue, je pense que je vais passer mon tour! Et si je ne trouve pas le livre sur les pelures de patates à Montréal en fin de semaine… je vous fais à toutes une crise de jalousie en bonne et due forme!!!

  • Tamara Auteur du billet

    @Clarabel : oui, j’avais vu cela… Tu m’as donné envie de tenter ses nouvelles !

    @Brize : nos billets sont jumeaux, incroyable mais vrai ! On peut pourtant affirmer haut et fort qu’on ne s’est pas consultées avant !!!

    @Praline : toi aussi ? Décidément, ce n’est pas une opération marketing très réussie… 😉

    @Karine : même en France, il n’est pas en librairie, si cela peut te consoler… IL faut être membre de France Loisirs (club de livres), j’ai emprunté celui de Fashion…

    @Cathulu : ha ha, tu me fais rire !!! C’est ben vrai, m’dame, j’ai la patatite !! 😆

  • Naina

    J’ai aimé mais il y a un peu trop de dialogues. J’ai lu les trois livres de cette auteur et mon préféré est son troisième livre qui vient de paraître cette rentrée, « Un jour avant Pâques ».

  • Lucile

    J’ai juste parcouru ton billet car je le commence ce soir… Mais à ce que j’ai vu et aussi dans les commentaires, il semble que je ne doive pas trop en attendre… On verra bien! 😐

  • Tamara Auteur du billet

    @Naina : je lui redonnerai une chance, sois tranquille !

    @Lucile : good luck ! ne te laisse pas influencer !! :mrgreen:

    @Florinette : bah, tu veux que je te l’envoie ?

  • saxaoul

    ben moi, j’ai beaucoup aimé ce roman… et notamment les portraits de femme. Au contraire de toi, je trouve Arezou très courageuse et je me dis que le contexte familial et culturel dans lequel elle vit ne l’aide pas à se sortir de la situation dans laquelle elle se trouve. Tous les gouts sont dans la nature !

  • Tamara Auteur du billet

    @Saxaoul : merci de ton témoignage, c’est bien aussi de montrer que ce roman plaît à d’autres lecteurs, comme tu dis, tous les goûts sont dans la nature et c’est bien ainsi !

    @Anne : bon, bon… moi qui voulait faire de la place dans ma biblio :mrgreen:

  • fashion

    J’ai du retard dans la lecture des billets : je rajoute le tien en lien. J’ai bien aimé, je trouve la réaction d’Arezou compréhensible étant donné le contexte politique, mais ça reste une bluette, on est d’accord.

  • Florinette

    Ce n’est pas la peine, je te remercie beaucoup, car j’ai vu hier que je pouvais l’avoir par le biais de ma blblio ! Merci Tamara et bon week-end ! 😉