Wisconsin, Mary Relindes Ellis 24


Halte là, gros coup de coeur !

Wisconsin. Un Etat américain que l'on hésite à situer avant d'avoir consulté une carte (c'est entre le Lac Supérieur et le lac Michigan).

Je ne savais à quoi m'attendre avant de partir pour cette destination, et je peux d'ores et déjà vous dire que je ne regrette pas le voyage !

Dans une ferme isolée, entourée de forêts et collines enchanteresses, vit la famille Lucas. John, le père est un alcoolique violent, qui maltraite sa femme, Claire, et ne s'occupe pas de ses deux fils (ou alors, pour leur chercher des noises). James, l'aîné, a seize ans, et il s'évade en écoutant son idole Elvis Presley (on dit d'ailleurs qu'il lui ressemble). Bill, le cadet, est un rêveur, se soucie beaucoup de sa mère et de son frère, aime la nature et les animaux. Tous deux sont chaleureusement accueillis par les voisins de la ferme la plus proche, les Morriseau, un couple qui n'a pas pu avoir d'enfants et sont ravis de voir les deux garçons chez eux, d'autant qu'ils connaissent leurs soucis.

Un jour, ne supportant plus l'ambiance familiale, James s'engage dans les Marines et il est envoyé au Viêtnam. On est en 1967 et la guerre bat son plein… Bill est inconsolable. Une correspondance terriblement pudique et touchante va s'engager entre les deux frères, jusqu'où jour où James disparaît dans la jungle vietnamienne…

Tour à tour, les différents personnages de cette histoire ont voix au chapitre. Le lecteur accompagne les peurs de chacun, profite des superbes paysages du Midwest, s'attache à ces vies tourmentées dans un cadre magnifique sur quatre décennies.

Je ne connaissais pas Mary Relindes Ellis (elle est novelliste et Wisconsin est son premier roman), mais sa plume m'a enchantéeSon récit est passionnant et m'a fait vibrer jusqu'à la moelle. Sur une trame qui peut sembler banale, elle brode des kilomètres de mots avec un fil de poésie, un de spiritualité, un autre d'âpre réalité, et des centaines de fils de couleurs. J'ai eu la sensation d'être perdue dans une lointaine contrée, de sentir les odeurs des champs et de la ferme… Ma seule tristesse était de voir chaque jour le nombre de pages diminuer et la fin arriver trop vite… Après être entrée dans leurs pensées intimes, les personnages m'ont laissé un goût nostalgique.

Dois-je ajouter que les livres y ont une place noble : compagnons d'infortune et de réconfort ?

Un roman chorale formidable, foisonnant et bouleversant, à lire, forcément.

"Mary Relindes Ellis signe ici un premier roman étonnant, obsédant, lyrique et rédempteur dans la lignée d'un Sherwood Anderson ou d'un Russell Banks. "

Les avis de : Philippe ; La Lectrice

Special thanks : à la maman de Mister T., qui m'avait offert ce roman pour Noël. Un choix parfait !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 commentaires sur “Wisconsin, Mary Relindes Ellis

  • Joelle

    Tout à fait d’accord avec toi, c’est un magnifique roman émouvant ! Je vais surveiller ses prochains romans de très près 🙂

  • amanda

    je veux le lire ! je veux le lire ! mai dimanche je ne suis pas aux théière !! Rage!
    et j’aime tant les romans à plusieurs voix…

  • Tamara

    @Fashion victim : a priori, je viens dimanche, pourquoi ???? :mrgreen: (bon, ok, je vais enfiler mon costume préféré de mule !) 😉

    @Joelle : si tu as écrit un billet sur ce roman, n’hésite pas à mettre ton lien, je ne l’ai pas trouvé ! Moi aussi je vais surveiller cet auteur de près…

    @Amanda : je pense que si tu demandes gentiment à Fashion de le lire avant les 342 livres de sa PAL, elle acceptera sûrement de te le prêter après !

    @Goelen : ah, je n’avais pas vu son billet, mais tant mieux s’il était aussi enthousiaste que le mien !

    @Anne : ce que j’aime chez toi, c’est que tu es une très bonne élève, bien disciplinée quand il le faut !!! 😉

  • Karine

    C’est le jour des coups de coeur, aujourd’hui!!!! C’est dur sur les LAL, ça! Parce que bien entendu, après un tel billet… je note!!!

  • Tamara

    @Carine : en tout cas, il m’a passionnée !

    @Karine : je n’ai pas encore fait mon tour des blogs aujourd’hui… je prends des risques, donc, si j’y vais ?! 😉

  • appollonia

    Il fait trop envie celui-là. Hop emPALé !! (Le Wisconsin, c’est l’Etat d’où démarre la saga de la famille Ingalls) (Mes excuses pour ces réminiscences enfantines)

    et Karine a raison, ce n’est pas une journée-régime pour les LAL 😳

  • Tamara Auteur du billet

    @Appollonia : j’aime bien ton emPALé ! 🙂 Bah, les régimes, tu sais… c’est surfait ! 😉

    @Florinette : tu m’en vois fort heureuse !!!

  • kathel

    Je n’en avais jamais entendu parler, pourtant c’est le genre de roman que j’adore ! Je note…

  • Tamara

    @Cathulu : oui, je pense qu’il devrait te plaire, celui-là !

    @Kathel : il vaut la peine qu’on s’y intéresse, indeed !

  • Charlie Bobine

    Ça me disait quelque chose… et puis, voilà que je zieute les commentaires à la suite de ton billet: c’est Joelle la coupable! Et tu en rajoutes une couche!!!! 😛

  • kesalul

    Moi qui aime découvrir de nouvelles contrées et des grands espaces, ce livre me donne forcément envie…
    En passant…très sympa ton blog!!! Clair, pas fouille du tout, j’aime ça!!