Le tour d’écrou, Henry James 13


Un jour, je suis tombée "en panne de livre" entre deux trajets en métro. Vite, une librairie et j'ai trouvé mon bonheur avec les 2 euros que j'avais en poche (merci Librio) !

C'est Cécile (jelisoupas) qui m'avait donné envie de découvrir Henry James, auteur classique américain naturalisé anglais (1843-1916).

Lors d'une veillée hivernale autour de la cheminée, les convives se racontent des histoires "qui font peur". Quand vient le tour de Douglas, il se fait un peu prier avant d'entamer son récit "de pure terreur", qui n'est pas une histoire inventée mais vécue par deux adorables petits enfants et leur non moins charmante jeune gouvernante.

La narratrice du récit devient alors la gouvernante : elle se rend dans ce grand manoir isolé de Bry, en pleine campagne. Le Maître, lui, est à Londres et ne veut pas être ennuyé par les soucis domestiques. La jeune demoiselle doit s'occuper de deux beaux enfants, un garçonnet, Miles, et sa petite soeur, Flora. Ils sont obéissants et gais, font leurs devoirs avec application et apprécient leur nouvelle gouvernante.

Puis, des apparitions étranges perturbent la tranquillité d'esprit de la nounou, qui doit lutter contre ses peurs et son incrédulité avant d'admettre que des faits bizarres se produisent en ces lieux. Heureusement, elle peut compter sur la cuisinière, Mrs Grose, pour partager ses impressions… Les deux chérubins sont-ils aussi innocents qu'ils le paraissent ?

Outre le récit captivant, c'est le plaisir des mots que l'on aime à savourer ici. Par exemple, la page 88 nous offre allègrement : des Fourches Caudines, lugubre, miséricordieuse, le soumettre au feu de mon attention… Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j'adore ces expressions désuettes ou mots peu courants dans nos conversations de tous les jours !

Henry James a l'art de décrire avec une précision chirurgicale le cheminement des pensées et les sensations du personnage principal, la psychologie est parfaitement retranscrite. Il nous plonge dans une atmosphère étrange au suspense intense… impossible de ne pas connaître le fin mot de l'histoire !

Mise en garde ! Ne lisez pas l'introduction "Les données intérieures de l'épouvante" avant d'avoir lu Le Tour d'Ecrou car quelques interprétations de l'histoire y sont données… 

P.S : je découvre que cette chère Cuné l'a déjà lu et commenté ! toujours un train de retard, moi ! heureusement, ce n'est pas une course 😉


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 commentaires sur “Le tour d’écrou, Henry James

  • Florinette

    J’aime bien ces histoires de fantômes, d’apparitions étranges et pour 2€ je ne vais pas m’en priver ! 😉

  • Clarabel

    J’avais aimé ce livre !!!!! (bah de toute façon j’aime Henry James tout court ! Bon, il n’a pas écrit que des histoires de fantômes, mais ça lui allait bien aussi ..) .
    Je rebondis, Tamara … nous étions effectivement très inspirées aujourd’hui ! ça grince aussi chez toi ? t’entends pas des bruits de chaîne ? .. la flamme de la chandelle ne frémit pas par instants ?
    Etrange. Moi j’ai observé ces phénomènes.
    Tiens, autre petit livre pas cher qui traite d’esprit bizarre : Les Yeux d’Edith Wharton. 1,50 euros, la petite collection des Mille et Une Nuits !
    🙂

  • Tamara

    @ Florinette : tu vois, je n’essaie pas de te ruiner !

    @ Clarabel : tu as raison. J’entends de drôles de bruit et tout tourne autour de moi… mais c’est peut-être dû aux 2 pots (champagne et macarons) qu’on a eu aujourd’hui au bureau (et il n’est pas encore 18h, pfff !) ? En tout cas, merci du conseil, je note Les Yeux d’Edith Warton…

  • Clarabel

    Tu fêtes la sortie du film Marie Antoinette en dvd ou quoi ??? :mrgreen:
    (Je dis ça, car je viens de le recevoir dans ma boîte aux lettres et je suis folle de joie… !!!)

  • Lou

    J’aime beaucoup tes commentaires détaillés à chaque lecture, merci !! J’ai lu « Le Tour d’Ecrou » il y a quelques années, j’avais beaucoup aimé (en revanche Henry James n’est pas facile à lire en anglais qu’on n’est pas encore habitué à son style). D’ailleurs je pense que je le relirai, car je me souviens assez mal de l’histoire…

  • Tamara

    @ Clarabel : hé non (je n’ai pas vu ce film, ça vaut vraiment le coup ? pas trop lent ?). Le printemps attirent les gens, tels des hirondelles, vers d’autres horizons… d’où les pots de départ à répétition !

    @ Sylire : il n’est jamais trop tard pour commencer !

    @ Lou : je n’ai même pas essayé de le lire en VO ! Merci de ton avis.

  • Tamara Auteur du billet

    @ Alice : il s’agit bien d’un tour et non de la tour… mais le résultat est le même : un livre à lire, en effet !:wink:

  • Anne

    Suite à un poste de Cuné sur Henry James j’avais lu « Les dépouilles de Poynton », et je n’avais pas aimé (je vais me faire lyncher?). Mais j’ai un autre titre dans la PAL « Une vie à Londres » en Lilbrio aussi, je le tenderais « entre 2″…puisque tu m’as soumis au feu de ton attention 😉

  • Beloved

    Lu et bien apprécié. J’aime les histoires de fantômes, les ambiances sombres et pesantes. la Grande Bretagne est vraiment le lieu idéal pour ce genre de récit. 😉

  • Tamara

    @ Anne : une seconde tentative s’impose, en effet ! bonne chance 😉

    @ Beloved : oui, notamment l’Ecosse et le Pays de Galles…